AccueilBienvenueFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les bons, le brutal et le fourbe

Aller en bas 
AuteurMessage
Vongola Kenpachi

avatar

Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 26
Emplacement : LogueTown
Appellation : Ken Rock

Fiche Personnage
Grade: Capitaine de rang B
Equipage: Vongola Famiglia
Niveau: 4

MessageSujet: Les bons, le brutal et le fourbe   Sam 24 Jan - 16:05

L’oscillation des vagues peut être assimilée à un poème. Rythmées tantôt par des accélérations de vers qui montrent la force de l’auteur, puis tantôt, par des ralentissements qui sont exemples de la sagesse du maître, ces vagues regardent Ken à la fois comme des enfants et des monstres.

Ici, l’auteur n’est autre que l’océan, tenture mouvante et illimitée qui fait rêver le jeune homme par toutes les richesses qu’elle cache sous son tapis. Midi sonnait pour la vie de la ville, le glas de toute sa domination .De tous ses photons, le soleil bombardait de plein fouet la petite île de Madinina, surnommée « île aux fleurs ». Il favorisait le brunissement de la peau de Ken. Profitant de la chance qui s’offrit à lui, il avait retiré sa belle chemise blanche et laissait apparaître tous les muscles du haut de son corps. Epaules, trapèzes, dos, pectoraux, biceps, triceps et abdominaux étaient rendus tannés par l’action du rayonnement solaire. Ken-Rock se tenait sur le pont principal et admirait son bateau, négligeant la ville dans laquelle il venait de poser l’ancre du majestueux galion. De toute évidence, il n’était pas le seul, les habitants de Secretown accouraient sur le port pour observer le navire à voiles du boxeur. L’amplitude de la foule n’avait d’égal que le dandysme et la forfanterie qui abritaient le pirate. Sans aucun gène, il continuait la contemplation d’un bateau qu’il connaissait par cœur. Les trois mâts fabriqués en bois d’Adam dominaient par leur gigantisme le clocher de la grande église…

Ken se décida enfin à descendre de la Vongola Famiglia malgré une certaine pointe de déception et d’ennui. A terre, il promit un million de berrys à qui voudrait bien surveiller son navire. Aussitôt, un homme d’une quarantaine d’année apparut, se rapprocha de lui et lui chuchota à l’oreille ces mots :

« Venez avec moi à la mairie pirate, je vous promets 100 millions de berrys à une condition. »

Puis, se tournant en direction d’un autre homme d’environ 2m50, il dit d’une voix plus forte :

« Barnard, surveille ce galion et ne laisse personne y toucher ! »

Ken rétorqua que cette somme ne signifiait pas grand-chose pour lui. Il ajouta qu’il ne connaissait pas l’homme qui s’était présenté à lui… Le maire répondit à sa question et l’invita de nouveau à venir à la mairie, lui promettant de nouveau la récompense. Il adjoint alors, voyant la même réaction du jeune homme :

« Mais… Tous les pirates aiment l’argent. Et vous, qu’aimez-vous ? Que recherchez-vous donc ?

_ Je suis un roi qui cherche inlassablement son trône et sa reine en ce monde oublieux. »

Le maire répondit qu’il comprit et dit à Ken qu’il pourrait peut-être trouver sur cette île une partie de son trône... Convaincu par les palabres du chef de la ville, il le suivit donc. Rouge, jaune et vert couvrait harmonieusement les murs de la mairie. La beauté du bâtiment éclairait toute la ville par sa position en son centre. Il était fait de béton et de bois, surement dessiné par un architecte doué de l’île…
Après environ cinq minutes, ils étaient aux portes de l’hôtel-de-ville. Devançant le maire à l’entrée et ne manquant pas de le froisser, Ken apprécia les tableaux de la première salle, puis s’arrêta net devant deux affiches où étaient écrit en majuscules gras : « Recherché ». Marijane, le brutal : mort ou vif pour 50 millions de berrys ; Klodliz, le fourbe : mort ou vif pour 50 millions de berrys . Le maire s’approcha de Ken. Il affirma :


« J’ai tout de suite senti l’aura qui se dégage de vous. Je sais que vous pouvez nous affranchir de la domination et des peines qu’apportent ses deux brigands. Même si vous êtes vous-même un pirate, un certain respect de valeurs réside en vous.

_ Ok, répondit-il après réflexion, j’accepte votre proposition première. Je supprime ses deux inutiles, ensuite vous m’octroyez les 100 millions. Enfin je lève les voiles. Fin de l’histoire, vite fait, bien fait. »


Ken n’avait aucune idée du point auquel il était dans le faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepiece-adventure.forumsactifs.com/fiches-techniques-des
Sleen

avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 38
Appellation : Sleen (Saru Khan)
Prime/Doriki : 8 000 000

Fiche Personnage
Grade:
Equipage:
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Les bons, le brutal et le fourbe   Sam 24 Jan - 22:04

"Madinina..."

C'est presque un soupire qui berça les eaux se jour là. Sleen se tenait à la barre, rêveur, contemplateur, il était absorbé par les flots. Son âme d'artiste était à l'honneur, elle fêtait le jour, elle fêtait le soleil, elle fêtait tout simplement le plaisir d'être né. Notre pirate était dans un de ces moments, ou son délice provient de la vie elle même, du souffle du vent , du quelques grains de sels en suspens dans l'air, des reflets du ciel sur le tapis de cristal que fendait son bateau. Il y avait tant de beauté dans ce monde... même la tristesse , même la douleur, tous les aspects de cette vie portait La beauté; ainsi vous étiez beau, ainsi il était beau, ainsi le poisson qui s'amusait avec les écumes de l'eau et de la coque était beau... Ce monde était si beau qu'il l'hypnotisait, qu'il l'absorbait, et que son coeur rendu fou par tants de somptuosités voulaient sortir de son corps, et se fixer à jamais dans cette mer ; mère des pirate, mère de géants insondable qui somnolant, daignant laisser les Hommes piétinés sur leurs dos. Ce pourrait-il qu'un jour Sleen parvienne recréer cette beauté? N'est-ce pas après tout le but de tout artistes, recréer la beauté, recréer la perfection se fondant toujours sur le même modèle : Le reflet de leurs âmes....

Cette réverie aurait put perdurer longtemps si la barque de notre ami n'avait pas rencontré un sol inconnu. Cet île pleine de fleurs et de palmiers le déconcertaient, car elle ressemblait à un bouquet de mille fleurs. Où était-il? Comment y était-il arrivé? Peu importe, car au même moment, une superbe créature captura son regard. C'était une femme à la peau caramel, ses formes abondantes, son ventre mis à nus, ces hanches roulant à cause de sa démarche féline, ses cheveux noirs formants des boucles de satin au couleur de nuit...


"Excusez-moi, suis-je au paradis?"

La femme le regarda un instant, puis souris, elle n'eut pas à dire un mots, puisque sa main s'éleva lentement, puis se posa sur l'épaule de Sleen.

*
Cette odeur... elle doit avoir un goût fruité, un gout divin, un gout de Luxure...*

Et à vrai dire ce devait-être la luxure qui se trémoussait devant lui, en tout cas elle faisait monter en lui un désir brulant, si bien que son cerveau ne pensait plus qu'a une chose, qu'est-ce que cachait ce léger bikini?

"Bonjour, je m'appelle Sleen et eh..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, car la femme prit sa main, et l'emmena. Où, pourquoi? Vous en posez des questions! Elle l'emmenait un point c'est tout. Au bout de 15 minutes de marches, où Sleen avait frissoné à chaque caresse de la Luxure puisque c'est comme ça que j'ai décidé de l'appeler, ils arrivèrent devant un curieux homme. Le personnage était assez étrange, un masque noir, une cape aussi sombre qui l'enveloppait de toute part, exactement comme s'il cherchait à cacher quelque chose... Mais quoi? M'enfin peut importe, l'Homme s'avança, et se présenta :

"Bonjour, je suis Klodliz, bienvenue en Martinique."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jab

avatar

Masculin
Nombre de messages : 28
Age : 25

Fiche Personnage
Grade: Charpentier
Equipage: Vongola Family
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Les bons, le brutal et le fourbe   Dim 8 Fév - 7:10

C’était elle, la Terre de la végétation, belle et garnie, qui attirait les malchanceux arrivés par le coup du sort chez elle. Isolée, Perdue, Presque Inconnue. Cependant la vie circulait à flot et abondait en ville, d’ailleurs Jab y participait en y était justement acteur. Sa présence sur ce sol était justifiée… Le bois, la matière première sur lequel il aimait jeter son regard d’artiste s’y trouvait. S’il était rongé par le venin ardent telle que l’amertume ou ressentait le besoin soudain de se réfracter, s’isoler, il créait des chefs d’œuvre. Son Esprit fusionnait avec son corps pour laisser échapper ses sentiments à travers ses mains propres d’artiste. Mais au contraire, sans cette inspiration, il était plus que minable. Son titre de charpentier qui se répandait au fur et à mesure lui amenait des clients d’un peu partout. Sans lui, il ne gagnerait pas assez pour survivre. Dépendant de la souffrance peut-être pas mais sa personnalité assez remarquable s’y imprégnait beaucoup. C’est ainsi que commençait l’aventure de Jab sur l’île de la Martinique. Il y était arrivé grâce à aux grandes ailes blanches de la cargaison « La perle bleue », poussées par les vents sauvages et déchaînés. Ces intempéries ne présageait rien de bon, il y trouverait sûrement son bois mais aussi son fidèle ami : Le combat.

Comment pouvait-il l’oublier... Pas une seconde se passait qu’il ne pense à mui, c’était une obsession qui sûrement le perdrait un jour mais pas aujourd’hui. C’était devant une petite place que Jab aperçut d’étranges inconnus sauf un qu’il avait déjà rencontré auparavant. Sous une emprise féminine, Sleen était là, avec sa démarche plus que curieux. Apparemment, ces deux frères avaient de la chance pour ce qui concernait des retrouvailles en lieux propices. Il s’avançait vers le petit comité qui s’était formé… Un grand homme se détachait de part sa taille et sa posture. Il ressemblait à ces Héros débiles dans les bandes dessinés, ils avaient certes le physique mais le mental leur faisait malheureusement défaut. C’était peut-être une un jugement vite tiré, qui pouvait savoir après tout, il découvrirait ce qui se tramait. Il s’approchait de la même destination que celle de son frère qui lui ne semblait pas l’avoir reconnu pour cause d’être occupé du regard et peut-être même de ses membres supérieurs.


« Arrête de perdre ton temps avec cette pucelle et empresse-toi de venir, j’ai besoin de toi pour trouver mon bois » dit-il avec agitation.

Soudain, une explosion se fit entendre au loin dans la forêt… On entendit par la suite des animaux qui laissaient échapper leur peur face à l’inconnu. Que diable s’y passait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepiece-adventure.forumsactifs.com/fiches-techniques-des
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les bons, le brutal et le fourbe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bons, le brutal et le fourbe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Selon l'écrivain Frank Laraque:Il n'y a pas de bons Duvalieristes
» Arme brutal
» [UPTOBOX] Bons baisers de Hong-Kong [DVDRiP]
» De bons pokemons !
» [CLOS] Les compromis font les bons amis {Aoi}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Adventure :: Archives :: RP :: RP Libre-
Sauter vers: