AccueilBienvenueFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Après la quatrième chope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Game Master
Maître de Jeu
avatar

Nombre de messages : 7

Fiche Personnage
Grade: Dieu du Rp
Equipage:
Niveau: Spécial

MessageSujet: Après la quatrième chope   Mer 18 Fév - 20:49

Blasé, le Sergent-Chef Fagin s’était installé à la terrasse d’une taverne pour faire passer son ennui.
Situé sur le port, il avait vue sur les quais. Personne n’était assez fou pour répondre à son annonce. Celle qu’il venait de coller sur le panneau d’affichage à quelques mètres à peine de lui. Un appel à l’engagement. Engagez-vous, que ça disait. Si lui-même ne s’était pas engagé il y a vingt-deux ans de cela, il ne se retrouverait pas dans une telle situation. Ah, ils étaient beaux ses rêves de jeunesse, sa foie en la Justice, sa motivation à courir après les forbans. Et que se passait-il maintenant ?
Rien.
Le néant.
Dirigeant dorénavant une bande de bras cassés, il regrettait son passé actif au QG de la Marine, sur la Route de Tous les Périls. Qu’est-ce qui lui avait pris d’accepter cette mutation dans un coin tranquille ? Après tout, ce n’était pas dans son caractère, lui qui appréciait l’action. Tout ça parce que sa femme attendait un gosse et que soi-disant ils l’élèveraient mieux loin de tous dangers de Grandline. Six ans que ça durait, déjà.
Alors, cette mission, il l’avait accueillie à bras ouverts. Le Colonel Borbo avait demandé à ses subordonnés qui était assez fou pour transférer un dangereux pirate jusqu’à Impel Down. Lui, il l’était.
Mais la plupart de ses hommes n’étaient pas de cet avis. Ils ont préféré partir dans une autre unité plutôt que de braver la pire mer du monde.

- Bande de lopettes.

Lâcha-t-il, sur un ton rempli de dédain, en vidant sa quatrième chope. Il y avait bien quelques hommes vaillants restant à ses côtés, mais trop peu. Il manquait une demi-douzaine de soldats pour pouvoir appareiller. Pris au dépourvu, il avait lancé lui-même ce recrutement sans en référer à ses supérieurs. Ce qui pourrait lui attirer des ennuis si on savait qu’il engageait n’importe qui. Des types qui ont les capacités de six personnes sur un navire, il en avait vu, combattu et côtoyé des dizaines sur Grandline. Si seulement un, voir deux gars de cette trempe se pointaient maintenant, ils pourraient partir dans l’heure. Le prisonnier croupissait déjà dans l’une des cellules du navire et ses subordonnés attendaient sagement sur le bâtiment.

Quand, soudain, il vit ces deux gaillards devant le panneau, en train de lire son affiche, il bondit sur l’occasion et les interpella.

- Hep, les p’tits gars ! Vous voulez vous engager ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spirit
Pirate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 155
Age : 22

Fiche Personnage
Grade: Capitaine de rang B
Equipage: Kasen No Isshougai Kaizoku
Niveau: 4

MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   Mer 18 Fév - 23:23

Hidan était rentré dans une taverne piteuse, bruyante et surtout, malodorante. Pile comme il aimait ! Ici, ça sentait la bagarre à plein nez. Il prit une énorme inspiration, pour être sur de ne perdre aucune goute de cette odeur. Celle qu’il avait l’habitude de sentir dans tous les recoins de son dojo. L’odeur de la bagarre, mais aussi et surtout, de l’amour de cette même activité. Après s’être enivré de cette odeur, il s’avança d’exactement trois pas. Le plancher grinçait sous ses pieds, c’est à peine si il pouvait résister à son poids. La taverne était assez grande, deux étage, et toutes les tables remplies, ils riaient tous aux éclats, sauf un. Assis sur la terrasse, il regardait vers les quais, à côté de lui un panneau où des dizaines d’affichettes étaient placardées. Hidan le regarda quelques instants, puis ne fit plus attention à lui. Quel rabat-joie c’lui là…

Après rapide observation de la salle, il pouvait voir tellement de chose. Par là-bas, un petit bourgeois – du moins surement – entouré d’une bonne douzaine de femme de joie… Mais le plus important, c’est que les petites sacoches remplies de pièces – encore une déduction – « s’échappaient » de la ceinture du gentilhomme… Ce pauvre garçon aux joues roses qui ne remarquait même pas que dans quelques instants il serait dépouillé de toute part. Et de l’autre côté, il voyait un vielle homme complètement bourré. Il s’était étalé sur la table – une déduction une nouvelle fois, mais fort probable, vu le piteuse état de cette pauvre table – et ronflait une fois sur deux, l’autre fois, il sortait des phrase improbables tels que « pourquoi mon chien n’est pas mon ami » en lançant un petit sanglot. Ou encore « Je veux que le bateau roule sur mon nuage » Un sourire béat aux lèvres cette fois-ci…

La chose la plus intéressante à faire ici était la bagarre, mais il devait s’abstenir. Vu les ennuis qu’il s’était déjà attiré sur cette île*… Allez, on va s’décider à aller lire ce panneau là-bas. Peut-être que certaines missions lui seront favorables ! Alors qu’il entamait sa marche. Il développait un contrôle de soi de monstre. A chaque fois qu’un monsieur au bide pendant et aux bras rembourré la chope à la main passait devant lui, il désirait plus que tout lui donner un coup bien placé en plein dans la narine droite ce qui provoquerait un hématome dans le gros orteil. Cette techniques et le fruit de son entraînement difficile, on lui avait apprit que les nerfs du corps étaient tous reliés entre eux. Du coup il pouvait frapper là, et son adversaire aurait mal, là-bas…

Enfin ! le supplice de l’abstention était terminé, il était devant son panneau. Et à côté de lui, un jeune homme, tout de noir vêtu en train de resserrer sa cravate. Il lui lança un regard froid et provocateur – Aux yeux d’Hidan, TOUT est provocateur, attention… - mais encore une fois, Abstention, abstention, abstention… Il tourna sa tête dans des craquements prononcé de sa nuque qui renonçait contre sa volonté. Tout son corps était prêt pour la bagarre, hormis son cerveau… Il allait commencer sa lecture que l’autre rabat-joie de tout à l’heure leur adressa la parole. « Hep, les p’tits gars ! Vous voulez vous engager ? » Grrrrrrrrrrraaaaah ! Une des pires provocations possible, il l’avait interrompu dans son activité ! « Attention, pour Hidan, TOUTES les provocations sont les pires – Franchement, il n’allait plus pouvoir se retenir longtemps !

Il mit un certain temps avant de se retourner vers l’autre homme, pendant ce temps, il avait inconsciemment lu l’affiche placardée juste devant lui. Il n’avait pu lire que la phrase « S’engager sur un navire pour une escale qui à pour direction la route de tous les périls » Parfait ! Mais en ce moment il pouvait à peine résister à ces provocations qui sortaient de toutes parts ! Mais en regardant vers les quais, il pu voir la trentaine d’homme qui le poursuivaient un peu plus tôt. Directement, il se souvint qu’il devait absolument se contrôler. Abstention, abstention, abstention… Il se décida donc à lui répondre, après avoir fait volte-face. Un geste qui lui demanda d’ailleurs beaucoup d’effort.
« Oui, bien sur qu’je veux… Bien sur ! » Son deuxième bien sur lui servi de défouloir, il l’avait crié extrêmement fort, et s’était permis d’envoyer ses point à toute allure vers le mur de bois en piteuse état. Un CRAC retentit, un deuxième, puis troisième et quatrième CRAC retentit. Et ainsi de suite jusqu'à la centaine, mais tout ces bruits se succédèrent en seulement 1 secondes. Le mur s’était complètement détruit. Il avait maintenant un double, non, une quintuple porte qui remplaçait leur ensuite beaucoup plus étroite…

*Voir mon test RP ou je me fait poursuivre par un trentaine d'homme sur une ile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franken Stein
Pirate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 454
Age : 29
Appellation : Freaky Doctor

Fiche Personnage
Grade: Doctor
Equipage:
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   Sam 21 Fév - 2:37

Iyou Town. La « Ville Musicienne ». Cela faisait maintenant une semaine qu’Hibari traînait sur ce caillou et cette bonne humeur constante commençait sérieusement à l’énerver, toujours à être agité de partout,à vouloir faire du théâtre de rue, à chanter parce qu’un oiseau à fait piou-piou,… Le pire dans tout ça c’est que vous êtes pris dans cet engouement,dans cette joie permanente, rien qu’au souvenir de sa semaine sur l’île, Hibari rougissait de honte. Mécontent contre lui-même et en même temps blessé, ses mâchoires se contractait toute seules tandis qu’il fermait ses yeux et baissait la tête, comme s’il pouvait faire disparaître ses souvenirs avec sa propre volonté.
Il avait dû fréquenter des gens inconnus, boire avec eux,se coucher a pas d’heures, se levait avec l’impression de se cogner la tête dans du béton à chaque instant, il avait même passé quelques nuits dans les bras de différentes habitantes de l’île…
Involontairement, un sourire béat s’afficha sur son visage, c’était pas si mal que ça finalement pensa-t-il. Dans ses pensées, les mains dans les poches, il remonta l’allée principale de l’île. Dans les terrasses de café il reconnaissait quelques visages et répondait à leurs grands signes de la main par un léger hochement de tête. À un croisement sur sa droite, trois comédiens amateur jouait une scène de ménage, l’habituel trio du couple et de l’amant…sauf que c’était la femme qui virait les deux hommes…et que bizarrement ces derniers prenaient vraiment leurs jambes à leurs cous… L’adolescent resta un moment debout à regarder la scène puis tourna les talons, plus loin de vrais spectacles continuait, un mime dans une fausse cage de verre,un magicien faisant surgir des poissons volant de son chapeau ou encore une fausse statue qui transpirait à grosse goûte sous la chaleur estivale de l’île. Arrivé sur la Grande Place où se montait un chapiteau de cirque, le jeune pirate eu à cette anime manifestation de joie naïve eu forte envie de vomir. Ce fut l’élément déclencheur, maintenant il en était sûrs, il ne supportait plus cette île, fallait qu’il s’en aille! Marchant d’un pas décidé, il se dirigea vers « Le clown pas triste du tout » une taverne avec terrasse qui était une des seules qu’il appréciait ici en particulier parce que le rhum était à tomber par terre, littéralement, ainsi qu’une vue direct sur le port où débouchait la rue principale. Une fois sa commande passée et ses derniers berrys lâchés, le jeune homme en costume alla s’asseoir à la terrasse pour déjeuner après tout il était près de midi. Il mangea son repas calmement,tranquillement,sans faire de bruits jusqu’à ce qu’un des clients assis à la terrasse se mettent à parler dans le vide. Seul.

-Bande de lopette.

Assis sur la droite d’Hibari, celui-ci jeta un coup d’œil rapide au cas où l’autre voulait chercher les ennuis mais il ne vit qu’un « alcoolo », le regard un peu embués avec quatre énormes choppes vide devant lui et alors que le pirate s’apprêtait à retourner à son repas, un inconnu, le physique svelte, les cheveux noirs de jais pendant jusqu’au épaules, passa dans son champ de vision. Ce dernier faisait un effort évident pour se contenir, de quoi? Le « chien fou » n’en savait rien et en réalité il s’en foutait mais c ‘était assez marrant voir ce mec être à la limite de la transpiration juste pour passer au milieu de tables sur une terrasse pour au final se planter devant un des poteaux soutenant la structure. Intrigué Hibari regarda rapidement et y vit une affiche cloutés dessus. L’inconnu poussa un long soupir de soulagement arrivés devant et on le sentait rayonnés de partout dans le bar. L’adolescent en fut très déçus, il aurait bien aimé le voir pété des câbles, ça aurait changé de l’ambiance malsaine de la ville, ambiance ce qui tempérait considérablement ses envies de combat et de sang au demeurant, une chose de plus à mettre à la liste des défauts considérable de la ville du diable du point de vue du pirate. Au final, après avoir finis son repas, Hibari se dirigea vers la fameuse annonce, sa curiosité n’ayant pas été rassasié. Arrivé devant, il y lus une annonce de recrutement de la marine. Alors comme ça les « forces de la justice » avait besoin de monde? Un sourire ironique s’afficha sur son visage puis aussitôt après il pensa à l’autre récent inconnu qui semblait intéresser à rentrer dans la marine. Hibari le regarda de haut avec un regard froid et condescendant et resserra sa cravate dans un même geste: « Nous ne sommes pas du même monde insecte ». Le message était clair.

- Hep, les p’tits gars ! Vous voulez vous engager ?

 
C’était l’alcoolo qui avait parlé. D’ailleurs maintenant qu’il l’étudiait bien, ce dernier avait un uniforme de marine, la veste en tapon sur la table, manche de chemise remontée et casquette au dos de sa chaise. Hibari leva un sourcil en surprise et se remis à lire l’affiche tandis que l’inconnu à côté de lui acceptait de tout con cœur la proposition et décida d’aller se défouler en explosant un des murs de la taverne. L’annonce disait que la marine engageait pour un voyage spécial direction grande-line. À la fin de celui-ci, les nouveaux pouvait faire passer le contrat de mission en contrat de service. C’est-à-dire qu’ils pouvaient si l’envie les prenaient soit de partir avec leurs salaires après la mission, soit de s’engager réellement dans la marine avec grade,affectation et tout le reste. L’envie d’aventure a déferlé comme un tsunami dans l’esprit et le corps de l’adolescent. De plus, il serait nourri,logé,payé et emmené sur la terrible grand-line gratuitement. Un sourire satisfait sur le visage, il regarda le marine droit dans les yeux et lui lança:

-J’en suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eilonwy Tezuka

avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 35
Emplacement : Un peu partout...
Appellation : Deathscythe
Prime/Doriki : 2 000 000 Berrys

Fiche Personnage
Grade: Bretteuse de rang A
Equipage: Kasen No Isshougai
Niveau: 4

MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   Ven 27 Fév - 14:34

Que faisait-elle à Iyou Town ? Une question à laquelle même l’intéressée ne pouvait apporter une réponse claire et nette, c’était un coup du destin et du hasard. Son but était de rejoindre Grand Line, et reprendre ses activités de pirates sur un navire en valant le coup ; après tout, sa légende la précédait un peu et il suffisait d’un coup d’éclat pour la remettre sur le devant de la scène parmi les autres noms de corsaires connus. Pour le moment, notre demoiselle arpentait les rues et ruelles de cette petite ville de West Blue. Sa première préoccupation était de se nourrir et de boire jusqu’à ce que son ventre ne supporte plus rien, sa deuxième préoccupation serait de trouver un moyen de transport pour Grand Line – gratuit si possible vu les finances de la jeune Tezuka. Quel situation pour Deathscythe, elle qui avait arpenté Grand Line avec son compagnon, et créé quelques problèmes à d’autres navires et la marine ; Eilo se retrouvait presque à la rue sans réelle perspective encourageante vers son objectif. Au moins, l’animation de cette petite ville et les perspective d’enrichissement pour un pickpocket était plutôt bonne ; un moyen de subsistance peu classe mais nécessité fait loi dans ce genre de situation. L’heure était plutôt matinale et la jeune femme commençait à avoir la gorge sèche, elle devait impérativement boire un petit coup et reprendre des forces et une certaine motivation ; la seule taverne intéressante était « le clown pas triste du tout », un petit endroit sympathique et plutôt bien fréquenté. Quelques personnes se trouvaient déjà assis à la terrasse, mais le plus intéressant dans cette taverne était le panneau d’affichage avec quelques annonces.

Entrant de sa petite démarche enjouée et ne collant que très peu à l’allure d’une pirate de sa renommée, Eilonwy observa les quelques personnes présentes avec un large sourire ; approchant du panneau d’affichage, notre demoiselle se dandina sur ses talons en lisant les quelques affiches… toujours aucune d’intéressante à moins que. Et c’est à ce moment que la jeune Tezuka écouta la conversation, et tomba en même temps sur cette petite affiche de la marine. Bingo !!!! Elle avait enfin touché le gros lot, et un aller gratuit pour Grand Line. Son visage s’illumina d’un large sourire qui faisait plaisir à voir. N’y tenant plus, la pirate s’approcha de la petite troupe et sautillant sur place comme une enfant… la main levée, elle prit la parole à l’attention du marine.


_ « Hi, Hi ! Moi j’en suis aussi »

Observant ses futurs compagnons et son interlocuteur, notre demoiselle s’attendait à une réaction toute faite ; elle était une femme, et souvent, on considérait la jeune Tezuka trop jeune et trop faible pour les dangers de Grand Line. Pourtant, si il connaissait sa véritable identité, les choses changeraient surement ; cependant, c’était délicat d’avouer son surnom à un marine… Sa prime était toujours active, et elle risquait d’être prise en chasse. Lorsque le mur s’effondra, Eilonwy fit de gros yeux ronds en observant celui aux cheveux longs ; son air de désapprobation était nettement visible et compréhensible. La jeune pirate avait quelques principes malgré son statut, et détruire un bar honnête pour une simple crise de nerf… Mettant ses mains sur ses hanches, Eilo poussa un profond soupir de désapprobation à l’attention de Hidan ; elle prit alors la parole sur un ton plutôt ferme, comme une grande sœur s’adressant à son petit frère fautif.

_ « Naméo ça va pas… On détruit pas le mur d’une honnête bâtisse par simple saute d’humeur. J’y crois pas, et qui va rembourser pour cette entrée involontaire »

Ne se démontant pas, Eilonwy s’était mis devant le marine et continuait de fixer son interlocuteur ; ses réactions étaient toujours autant disproportionnée, c’était un peu une marque de fabrique de notre demoiselle. Et puis c’était aussi une manière de montrer à ses interlocuteurs qu’elle ne se laisserait pas faire, et qu’elle avait du répondant… Instinctivement, ou par méfiance, ses mains se déplacèrent légèrement dans son dos – de manière imperceptible – vers les manches de ses deux armes blanches ; elle était prête à toute éventualité, et surtout à intervenir pour se défendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evandril

avatar

Masculin
Nombre de messages : 196
Age : 23
Emplacement : Iyou Town
Appellation : Sabre de feu.

Fiche Personnage
Grade: Bretteur de rang B
Equipage: Kasen No Isshougai
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   Sam 28 Fév - 1:14

Ne dit-on pas que la musique est une magie douce ? Elle entraine les gens dans une sorte d'inconscience plaisante. Il est difficile de savoir à quoi elle fait appel en nous. Ce qui est certain, c'est que celle-ci touche en nous une zone si profonde que la folie n'y saurait pénétrer. Chaque personne possède une musique qui l'accompagne intérieurement. Et si les autres sont en mesure de l'entendre, alors cela s'appelle la personnalité.

Iyou town, la ville où les sons se trouvent être les paroles de la population. Originale et prometteuse, charismatique et bruyante, enjouée et animée, l'île idéale pour une première escale. Ce fût, attiré par les chants marins, que la botte de Evandril claqua fermement sur le sol des quais. L'autre ne tarda pas à suivre. C'est d'une attitude lente et fatiguée, que le pirate sortit d'une sorte de barque. Plissant les yeux, il détailla précisément les lieux. Ces derniers grouillaient de monde. Des commerçants, des marins, mais surtout des musiciens. Les nuages dans le ciel semblaient aspirer les notes de musique. Dans un râle indescriptible, Evandril s'étira longuement craquant au passage quelques autres phalanges ou vertèbres. Il termina par un souffle osé, annonçant son soulagement. Une odeur neuve flottaient dans ses narines. Les cheveux au vent, il se décida à entamer la marche. La première chose à faire était de se remplir la panse. Se laissant guider par un flair hors-pair, il finît par atterrir devant une taverne.

Imaginez une ville où tout bruit est couvert par une multitude d'accords et d'autres refrains captivants. Imaginez ensuite, un endroit qui dépasse l'échelle de cet orchestre. Vous avez trouvé. Evandril observait à ses alentours, les personnes présentes étaient aussi dialoguantes que variées. On pouvait apercevoir des gros loubards dont les bras tatoués de partout dépassaient la taille d'une cuisse à l'aspect normal ou encore d'autres vieux squelettes vêtus de haillons, bouteille à la main. Le regard du Bretteur ne s'arrêtait pas sur ce genre d'entité, il leur préférait les belles femmes. Sa gorge desséchée l'interrompît dans ses recherches. La soif le tiraillait. Il se retourna pour se diriger vers la porte de la taverne. Quand il s'apprêta à l'ouvrir, quelqu'un d'autre déboula dans une rafale de vent. Bon être pressé, ça passe encore, mais bousculer quelqu'un violemment, c'est moins bien. Le terme "bousculer" n'était pas tellement approprié ceci dit. Disons que la chose qui avait faillit lui traverser le ventre n'avait pas beaucoup de chance sur ce coup là. Evandril ne paraissait pas invisible. L'homme, car oui il s'agissait d'un homme, fût littéralement arrêté dans sa course par la masse corporelle du pirate. Un vieillard tout fripé puant l'alcool tentait de se relever en souriant bêtement au bretteur. Evandril le fusilla d'un regard noir avant de se saisir violemment de son col. Il approcha sa bouche vers son oreille.


- " On s'escuse quand on est poli, mec. " Murmura-t-il avant de reculer son visage.

Aucune réponse, fallait-il déjà passer aux choses sérieuses ? L'envie le manquait. De toute manière, elle le quittait définitivement quand il vît les yeux faibles et dépourvus de toute vivacité du senior. Celui-ci essuya de grandes larmes d'un revers de manche. D'un roulement de sourcils, il s'en débarrassa. Il parvint enfin à entrer dans l'établissement. C'était pire qu'il ne pouvait l'imaginer et Dieu sait qu'il a pût le faire. Déjà, l'impression que l'on ressent quand on se trouve dans un tel endroit, c'est une sorte de boule au ventre. Elle varie sûrement de l'excitation à l'appréhension. D'une démarche sûre et fière, mains dans les poches, Evandril se glissa jusqu'au comptoir. S'asseyant sur un haut tabouret, il posa quelques berrys.


- " Un panache, siouplait."

Une fois, servi, il s'en saisit prestement pour s'en vider les trois quarts d'une traite sous les yeux peu étonnés du barman. La sensation revigorante du liquide s'infiltrant dans la trachée ne pouvait que le remettre d'aplomb. Il se leva brusquement, provoquant un grincement entre le tabouret et le parquet, qui, il fallait le dire, avait fait son age. Une poussée d'adrénaline le submergea quand il se surprit à vouloir taper sur quelqu'un. Il se ravisa aussitôt. Cela aurait sans doute terminé en bagarre générale. Ce n'était pas pour le déplaire, mais un mur venait de s'effondrer dans un bazar monstre, devant une quarantaine de personnes ahuris. Certains commencèrent alors à crier à l'attaque de pirates et l'on pût entendre le fer sortant du fourreau. D'autres complètement saouls disaient que des bateaux tombaient des nuages. Bref, un vrai scandale. Evandril, exaspéré, positionna ses mains en porte-voie.

- " La ferme bande d'imbéciles ! C'est juste le monsieur qui l'a détruit avec ses... Mains. "

Il inspecta alors de long en large l'homme qui était coupable de cette destruction. Impressionnant. Le type qui avait causé ces dégâts, campait debout, inactif. On aurait presque dit qu'il était innocent. Le barman au bord du gouffre avait les yeux ovales, les mains sur la tête. Il s'approcha en poussant de grands " Mais qu'est ce que vous avez fait ?! " . Quand il passa à son niveau, Evandril le prit par l'épaule.

- " Z'inquietez pas, y'a de bons charpentiers qui vous font ça contre quelques remontants, si vous voyez ce que j'veux dire. "

Après avoir prononcé ces paroles, le pirate s'orienta vers le casseur de murs. Un homme comme les autres, proportionné comme la plupart des autres. Pas de signe d'agressivité. On pourrait croire qu'il avait une sacré envie de se défouler. Evandril lui accorda un sourire démonstratif. Il examina ses mains, qui devaient en avoir pris un coup. Étrangement, celles-ci semblaient intactes. Le bretteur n'en prêta plus aucune attention et se tourna dans un haussement d'épaules. Une femme et un homme se plantaient raide tandis qu'un vieux marin buvait assis sur une table. Quatre choppes vides se présentaient à ses devants. Tous les mêmes. Des habitués, s'était-t-il dit. Son attention se porta sur une affiche demeurant un peu plus loin. Dessus on pouvait-y lire que la marine recrutait des gaillards dans le but d'aller sur grand-line pour escorter un fugitif. Il ne fallait pas le dire deux fois. Evandril sauta sur l'occasion. Supposant que le marin était le principal gradé de l'affaire, il lui lança:

- " Eyh, l'ivrogne ! C'est toi qui recrute ? Si c'est le cas, j'suis partant. Héhé. "


Dernière édition par Evandril le Sam 7 Mar - 22:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepiece-adventure.forumsactifs.com/fiches-techniques-des
Game Master
Maître de Jeu
avatar

Nombre de messages : 7

Fiche Personnage
Grade: Dieu du Rp
Equipage:
Niveau: Spécial

MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   Mar 3 Mar - 21:14

Bordel de dieu, quatre recrues en même pas cinq minutes. Etait-ce l’alcool qui lui faisait trop d’effet ? Non, quatre choppes ne pouvaient pas le mettre dans cet état. C’était donc vrai !

- D’accord, les p’tits gars, vous êtes engagés. Toi. Dit-il en désignant Hidan. Ce mur sera déduit de ta paye. Et toi. Cette fois, il indiqua Evandril. Tu seras de corvée patate pour insulte à ton supérieur.

Alors, un excité, un péteux, une fille et un grossier merle. C’est plus que ce qu’il n’en espérait. Avec quatre nouvelles recrues, ils allaient pouvoir appareiller dans l’heure. Il se leva alors et se plaça entre Hidan et les trente hommes en colère qui semblaient visiblement lui en vouloir. A la vue de son uniforme, ils s’arrêtèrent.

- J’sais pas ce que ce p’tit gars vous a fait mais désormais, c’est un militaire, toute attaque envers lui sera considérée comme une attaque envers un représentant de la justice, et ça s’rait pas bon pour vous. Alors maintenant, dégagez !

Pas de contrats à signer. Pas le temps. Le captif devait être à Impel Down pour avant-hier. Il leur intima simplement de le suivre.
Une fois arrivé sur le navire, il fit part à ses hommes que ces quatre jeunes gens seraient désormais des collègues.

- Y’a des uniformes dans la première partie de la cale, allez les mettre. Toi. Il désigna à nouveau Evandril. Je veux te voir dans les cuisines dans dix minutes, tu vas directement te mettre à ta tâche.

Si les trois autres bossaient bien, il n’aurait pas un réel besoin de celui-ci. Au pire, il viendrait le tirer des cuisines pour l'affecter à un poste. Il pouvait donc se permettre de l’envoyer paître à la corvée patate. Car il y avait une chose qu’il ne supportait pas, c’était l’impertinence.

- Démerde-toi pour trouver où c’est. Toi, tu lèveras l’ancre. Dit-il à Hidan, après avoir eu une démonstration de sa force. Toi, tu vas au cordage. Lâcha-t-il à l’adresse de Makoiyo. Le cordage était une expression pour désigner le maintien des voiles. Et toi, mam’zelle, à la vigie. Mais d’abord, allez enfiler vos uniformes. Ah, une dernière chose ! A chaque fois que vous voulez me parler, rappelez-moi vot’ nom, ce sera plus simple. Exécution !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spirit
Pirate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 155
Age : 22

Fiche Personnage
Grade: Capitaine de rang B
Equipage: Kasen No Isshougai Kaizoku
Niveau: 4

MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   Ven 27 Mar - 0:12

Et voila, il avait été engagé sur le bateau de la marine, et il était tiré de l’affaire de ces garnements qui le poursuivaient… Enfin, bien qu’il soit tiré de cette affaire, maintenant, il était compté comme matelot sur un navire. De plus ce navire appartenait à la marine ! L’idée qu’il avait eu allait complètement à l’encontre de son idée de devenir pirate, m’enfin, il allait faire avec… Même pas encore monté sur le bateau qu’on lui donnait déjà des ordres… Hidan sentait que cette traversée de l’océan allait être très mouvementée… Mais au moins elle lui permettrait de s’entrainer à se contrôler ! ca sera déjà ca ! Bon, en premier lieu, direction la cale ou il devra revêtir un uniforme de marin. Ca non plus ca n’enchantait pas Hidan, devoir mettre un uniforme aussi laid qu’une crotte, ca n’enchanterais personne… D’ailleurs c’quoi ca pour un logo… Une MOUETTE ? Nan mais faut pas exagérer hein ? Ou est ce qu’on peut aller chercher un truc pareil. Enfin ca correspond bien à la marine, tous le monde sait que les mouettes sont pitoyable, on voit donc clairement le point commun entre les oiseaux et la marine !

Enfin, pas moyen de se rebeller, surtout si il souhaitait arriver à destination. Il se dirigea donc sans broncher – enfin, façon de parler... – vers la cale. En s’y dirigeant il remarqua les autres nouvelles recrues, parmi elle ce jeune homme qu’il avait déjà vu à la taverne. Son expression n’avait pas changée toujours aussi froide. Sinon il y avait aussi un autre jeune, et une femme, rien qu’à les voir on pouvait déterminer une certaine combativité en eux. Et Hidan adore ca ! trop captivé par son observation méticuleuse – Hum hum – de ces gugus, il se ramassa en pleine face la porte qu’il devait franchir afin d’arriver dans la cale… Avec une agressivité étonnante, il s’apprêtait à défoncer, casser, exploser, éradiquer,… la porte qui lui avait porté préjudice. Mais en sentant la rage rentrer en lui, il vit un marin à quelques mètre seulement qui le regardait d’un air ébahi comme si il se demandait ce qu’il allait faire. Et là, Hidan décida de se contrôler d’un effort surhumain – de sa part. La porte indemne, il l’ouvrit lentement. Pendant l’ouverture, un grincement affreux se fit entendre, ce qui prouvait de l’état de ce bateau…

Et voila ! Il était fraichement revêtu de sa nouvelle tenue de travail ! Enfin, fraichement n’était pas le bon mot… Et apparemment, on ne se souciait guerre du confort des marins par ici, la tenue déjà utilisée, encore salle de son dernier utilisateur. Elle semblait ne pas avoir été lavée depuis un bon bout de temps déjà ! Mais encore une fois, il allait faire avec ! Maintenant, il suffisait de faire cette faible tache qu’on lui avait donnée, lever l’ancre. Pfeu, une ancre ça doit pas être bien lord après tout, c’est qu’un gros morceau de métal avec une forme bizarre. Il se rapprocha donc du mécanisme de l’ancre, il suffisait de tirer une lourde chaine de métal à la fin de laquelle était attachée l’ancre. Il empoigna donc la chaine de ses deux mains, et avant de faire un effort, vérifia que tout le monde était à bord et qu’il n’avait plus besoin d’attendre. Voila, il ne lui restait plus qu’à lever l’ancre. Il souffla quelques instants – on lui avait appris qu’un bon souffle permettait de réveiller une force cachée en soi – et tira. Et comme il s’y attendait, l’ancre monta comme si il portait un cure-dent. Bien qu’elle eu un petit accrochage au début de l’acensions, elle fut rapidement remontée.

[Bon j'espère que t'attendais un genre de réponse comme ça, et désolé du retard... Je vous ai tous pénalisé ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franken Stein
Pirate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 454
Age : 29
Appellation : Freaky Doctor

Fiche Personnage
Grade: Doctor
Equipage:
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   Ven 27 Mar - 22:45

Le vieux lança des ordres à tour de bras, sa parole faisant autorité sur ce navire:

-Démerde-toi pour trouver où c’est. Toi, tu lèveras l’ancre.Toi, tu vas au cordage.Et toi, mam’zelle, à la vigie. Mais d’abord, allez enfiler vos uniformes. Ah, une dernière chose ! A chaque fois que vous voulez me parler, rappelez-moi vot’ nom, ce sera plus simple. Exécution !

Le « cordage » avait échoué à Hibari mais à dire vrais il s’en foutait royalement, quand le marin lui avait adressé la parole sur ce ton, il avait tiqué tout de suite, ses lèvres remontant dans un rictus de danger. Le regard noir il fixa longuement le sergent-chef puis partit à la suite des autres vers les escaliers descendants dans les entrailles du navire. Les autres matelots les regardaient passer le regard mauvais, « les nouveaux » ne sont toujours que des étrangers, des intrus voir l’ennemi pour certains. Les quatre récent engagés descendirent des escaliers,montèrent des échelles, prirent des couloirs d’un mètre de large,…tout ça dans une pénombre seulement éclairci par les lampes à chandelles disséminé un peu partout, il y avait de quoi oublié la lumière du jour ici. Finalement ils arrivèrent devant la porte de la première cale que se pris le premier de la file, le grand brun qui avait pété un mur plus tôt dans la journée. Sur le coup Hibari crûs qu’il allait fracasser la porte de vengeance mais se calma sous le regard ahuris du matelot qui portait un panier tressé remplis de linge sale. Ce dernier voyant que le premier ouvris finalement correctement la porte pris la direction inverse du groupe, il sortait donc de la cale qui devait être une buanderie déduisit l’adolescent en costume.
Quelques minutes plus tard, ils avaient tous revêtus leurs habits de travail sauf Hibari encore choqué de la saleté de ceux-ci, il n’était pas le seul mais els autres avaient fait avec. Au final il décida de garder sa chemise sur lui et de mettre la veste de la marin, aucune chance que le tissus blanc des forces de l’ordre ne touche sa peau!
Le premier à partir fut le jeune brun ayant insulté le recruteur, nouveau « comis au cuisine », ce qui arracha un rapide sourire à Hibari d’ailleurs puis l’autre brun qui aimait détruire le matériel Ce dernier partit d’un pas rapide dans les étages supérieurs très motivé, de toute façon il avait toujours l’air motivé pour quoi que ce soit avait remarqué le futur pirate. Enfin, il jeta un rapide coup d’œil à la demoiselle, les grands yeux bleus de celle-ci le remarquèrent et elle tourna la tête dans sa direction mais sans exprimer d’émotion sur son visage Hibari partit sur le pont. Une fois arrivé il examina le reste de l’équipage qui s’occupait déjà des cordages,précisément il vit un matelot aller à la vigie et un second commencer à défaire les gros nœuds radant la voile sur le mat, ce dernier atteignant la vingtaine de mètres facile. Le travail allait être rapidement réglé. Prenant un profond appui sur le bastingage, il sauta à une dizaine de mètres de hauteur d’où il ressauta grâce aux échelles de cordage jusqu’à la plus haute vergue (bout de bois perpendiculaire au mât) et encore dans les airs dégaina un tonfa pour couper net les liens retenant la voile enfin en équilibre sur la vergue, il marcha tranquillement vers les autres nœuds pour en faire de même. Moins d’une minute plus tard, il réatterrissait sur le pont une main dans la poche comme si de rien n’était, le regard blasé d’une tâche qui ne demande quasiment aucun effort.
 
 

hrp: désolé du petit texte mais c'est juste histoire d'avancer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spirit
Pirate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 155
Age : 22

Fiche Personnage
Grade: Capitaine de rang B
Equipage: Kasen No Isshougai Kaizoku
Niveau: 4

MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   Ven 17 Avr - 23:36

[Voilà, étant donné le départ de Eilowny nous pouvons passer son tour durant tout le reste du RP :S. Malheureusement elle ne risque pas de revenir de sitôt...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la quatrième chope   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la quatrième chope
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Chronologie du Quatrième Âge !
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Adventure :: Archives :: RP :: Mers Principales-
Sauter vers: